Ressources d'autogestion

Reconnaître une dépression

Obtenir de l’aide

FAQ - questions fréquemment posées

Ressources d'autogestion

Reconnaître une dépression

Obtenir de l’aide

FAQ - questions fréquemment posées

Quels sont les sous-types de dépression ?

Même si la dépression est courante, il en existe différents types qui peuvent évoluer différemment. Les signes et les symptômes varient quant à leur nombre, au moment de leur survenue, leur gravité et leur persistance, mais globalement ils restent similaires. Comme les différents sous-types de dépression doivent être traités différemment, le médecin va devoir identifier de quel type le patient souffre. La façon dont une personne vit une dépression et exprime les symptômes peut aussi varier en fonction de l’âge, du sexe et de la culture.

Beaucoup de noms ont été utilisés pour décrire les différentes formes de dépression : névrotique, réactionnelle ou mineure sont des termes cliniques courants pour décrire des dépressions considérées comme étant de nature psychologique et pouvant être traitées principalement par une psychothérapie. De l’autre côté, la dépression somatique et la dépression psychotique impliquent des déséquilibres chimiques et doivent être traitées médicalement. Ces termes sont surtout utilisés par les professionnels de santé mentale.

La recherche a montré de façon consistante que la dépression est un trouble de l’humeur ou affectif, qui survient sous forme de poussées. Cela signifie que des périodes d’humeur normale alternent avec des épisodes dépressifs. Parfois des phases caractérisées par l’euphorie (humeur très élevée), l’irritabilité et l’agitation, appelées manie ou hypomanie, peuvent survenir à la place d’une phase dépressive. C’est pour cette raison qu’on parle de dépression unipolaire quand il n’y a pas eu de phase maniaque ou hypomaniaque dans les antécédents, et de dépression bipolaire quand de telles phases ont eu lieu dans le passé.

1. L'épisode dépressif

La forme la plus courante et typique de dépression est l’épisode dépressif. Un seul épisode d’au moins 2 semaines incluant un ensemble de symptômes survient pendant quelques semaines à plusieurs années. Les épisodes dépressifs isolés sont considérés comme étant unipolaires. Environ un tiers des individus affectés ne subissent qu’un seul épisode ou une seule « phase » dans leur vie. Cependant, si la dépression n’est pas traitée correctement, des épisodes dépressifs récurrents risquent de survenir dans le futur. Les épisodes dépressifs sont toujours plus ou moins invalidants.

episode-depressif-isole

2. Le trouble dépressif récurrent

Quand l’épisode dépressif se répète, on parle de trouble dépressif récurrent ou de trouble dépressif majeur. Celui-ci commence le plus souvent à l’adolescence ou au début de l’âge adulte. Les personnes présentant ce genre de dépression récurrente vont subir des phases dépressives qui peuvent durer des mois, voire des années, en alternance avec des phases d’humeur normale. Ce type de trouble dépressif est très invalidant et de nature unipolaire (il n’y a donc pas de phase maniaque ou hypomaniaque). Souvent on utilise aussi les termes de dépression « classique » ou « clinique ».

depression-majeure

3. La dysthymie

La dysthymie est caractérisée par des symptômes plus légers et moins caractéristiques que ceux d’un épisode dépressif ou d’une dépression récurrente. Cependant il s’agit d’un trouble persistant avec des symptômes qui durent au moins 2 ans, parfois même des décennies. C’est pour cette raison qu’on l’appelle aussi « dépression chronique ». Ce trouble est unipolaire et affecte le fonctionnement de la personne, mais de manière moins incapacitante. Les personnes souffrant de ce type de dépression peuvent devenir malades de manière plus aiguë et faire une dépression majeure ; on parle de dépression double quand les deux diagnostics sont présents.

dysthymie

4 . La dépression bipolaire I

Ce type de dépression survient au cours d’un trouble bipolaire, appelé auparavant trouble maniaco-dépressif, et est moins répandu que la dépression unipolaire. Il implique une alternance entre des phases dépressives, des phases d’humeur normale et des phases dites « maniaques ». Les phases maniaques sont caractérisées par une humeur excessivement élevée, accompagnée d’hyperactivité, d’agitation et d’un besoin de sommeil réduit.

La manie affecte la pensée, le jugement et le comportement social et par conséquent cause des problèmes et difficultés sévères. Une personne en cette phase peut par exemple avoir des pratiques sexuelles inconsidérées ou non protégées ou prendre des décisions d’affaires ou financières déraisonnables. Après une phase maniaque, les personnes affectées font souvent une dépression.

Une bonne façon de décrire ce « bouleversement émotionnel » alternant est qu’on « passe du sommet du monde au fond du gouffre ».

Les symptômes des phases dépressives du trouble bipolaire sont parfois difficiles à distinguer de ceux d’une dépression unipolaire.

trouble-maniaco-depressif

5. La dépression bipolaire II

La dépression bipolaire de type II est plus similaire au trouble dépressif récurrent qu’au trouble bipolaire. Les personnes affectées par ce trouble semblent à première vue ne présenter que des phases d’humeur triste. La personne affectée par ce syndrome subit des épisodes dépressifs répétés, ponctués par ce qu’on appelle l’hypomanie : un état euphorique modéré qui est beaucoup moins intense que la manie et que la personne et sa famille peuvent confondre avec une humeur normale ou de la joie.

6. Le trouble anxieux et dépressif mixte

Bien que l’anxiété et les symptômes psychologiques et somatiques accompagnants soient des caractéristiques courantes de la dépression et que les symptômes dépressifs soient fréquents dans les troubles anxieux, il est généralement facile de détecter si la dépression est le problème principal ou non. Cependant, dans le trouble anxieux et dépressif mixte, les symptômes de dépression et d’anxiété coexistent de manière égale.

7. L'épisode dépressif psychotique

La dépression psychotique ou délirante est une forme particulière de l’épisode dépressif. La psychose implique le fait de voir ou d’entendre des choses qui ne sont pas là (hallucinations) et/ou d’avoir des idées ou croyances erronées (des idées délirantes). Ces fausses croyances peuvent par exemple concerner une culpabilité exagérée (idées délirantes de culpabilité), des problèmes financiers graves (idées délirantes de pauvreté) ou une maladie grave inguérissable (délire hypochondriaque) malgré toute preuve du contraire. Les personnes souffrant d’une dépression psychotique ont presque toujours besoin de soins psychiatriques en milieu hospitalier. Les épisodes psychotiques peuvent être de nature unipolaire ou bipolaire.

8 . La dépression atypique

Ce type de dépression est caractérisé par une humeur hypersensible et fluctuante, le fait de manger et de dormir excessivement et l’occurrence éventuelle d’attaques de panique. Ce type de dépression est léger et peut être de nature bipolaire.

9. Le trouble dépressif saisonnier

Ce type de dépression est dit être similaire à la dépression atypique et survient de manière saisonnière pendant des changements climatiques tels que l’automne ou l’hiver. D’habitude les personnes affectées se sentent à nouveau mieux et retrouvent leur fonctionnement normal lorsque la saison en cause se termine.

10. La dépression récurrente brève

Il s’agit d’une forme légère ou mineure de dépression, qui peut compromettre le fonctionnement de la personne, qui affecte surtout les jeunes et qui se caractérise par des périodes brèves d’humeur déprimée ou mixte, persistant habituellement moins de 2 semaines.

Prévention Dépression Luxembourg