Ressources d'autogestion

Reconnaître une dépression

Obtenir de l’aide

FAQ - questions fréquemment posées

Ressources d'autogestion

Reconnaître une dépression

Obtenir de l’aide

FAQ - questions fréquemment posées

Plus d'informations sur la pharmacothérapie de la dépression

Utilisation adéquate de la pharmacothérapie

La pharmacothérapie de la dépression devrait consister en une thérapie aiguë par antidépresseurs jusqu'à ce que la meilleure réaction clinique ou même une rémission soit obtenue (normalement 6 à 12 semaines) et une poursuite de la thérapie pendant six mois pour prévenir une rechute. Dans les cas de troubles récurrents ou persistants, la thérapie de maintien peut durer pendant des mois, voire des années. Le taux de rechute est environ deux fois plus élevé lorsque la prise des médicaments est arrêtée avant la fin de la phase de continuation. L'adhérence est donc importante, même en cas d'amélioration précoce.

pharmacotherapie

Les antidépresseurs les plus courants

Il existe différents types d'antidépresseurs utilisés dans le traitement de la dépression. Pour le choix du médicament, plusieurs facteur doivent être pris en compte par le médecin : p. ex. les symptômes prédominants, l'expérience antérieure, la préférence du patient, ainsi que les effets secondaires. Dans ce contexte, la distinction entre une dépression unipolaire et une dépression bipolaire est primordiale. Normalement, ces mesures ont été prises avant que vous n'entriez en jeu en tant que pharmacien. Les groupes de médicaments les plus courants dans le traitement de la dépression et leurs caractéristiques sont :

Les antidépresseurs :

  • Il est important de rassurer les patients par rapport au fait qu'ils ne créent pas de dépendance et qu'ils ne changent pas la personnalité;
  • Il faut aviser les patients qu'ils doivent être patients, puisque les antidépresseurs commencent à agir seulement après un délai (de 2 à 4 semaines), alors que certains effets secondaires (p. ex. la nausée avec les ISRS) commencent dès le début de la prise des médicaments.

Les sédatifs/tranquillisants:

  • Ils peuvent être utilisés en plus des antidépresseurs, mais seulement pendant une courte durée, p. ex. pendant les deux premières semaines jusqu'à ce que les antidépresseurs commencent à avoir un effet;
  • Ont de un risque élevé de créer une dépendance
  • Effet d'accoutumance (il faut élever les doses pour améliorer les symptômes) et effets du sevrage;
  • Doivent seulement être utilisés de manière temporaire lors de crises aiguës pour soulager la souffrance, l'anxiété et l'insomnie et pour réduire le risque de suicide.

Les neuroleptiques :

  • Traditionnellement utilisés pour traiter les troubles schizophréniques;
  • Utilisés pour la dépression délirante (dépression psychotique), le plus souvent en combinaison avec des antidépresseurs;
  • Certains d'entre eux sont également utilisés à faible doses comme tranquillisants (p. ex. la ciamémazine, la quétiapine) dans les troubles dépressifs et anxieux;
  • Pas de risque de dépendance.

Les antiépileptiques :

  • Traditionnellement utilisés pour traiter l'épilepsie, ils ont des effets stabilisant l'humeur;
  • Ils sont indiqués pour le traitement de la dépression bipolaire et de la manie et pour la prévention.

Les antidépresseurs naturels :

  • Le Millepertuis est une substance extraite de l'hypericum perforatum. Il est recommandé à des doses autour de 500 à 800mg. La latence avant qu'il ait un effet est de trois semaines, comme pour les antidépresseurs synthétiques. Le médecin traitant doit être consulté par rapport à la durée du traitement et par rapport à la prise en parallèle d'autres médicaments;
  • Il n'existe pas de preuves fondées pour l'utilisation d'autres antidépresseurs naturels prétendus tels que les acides gras oméga-3.

Les mécanismes des effets des antidépresseurs

Le dysfonctionnement neurochimique précis de la dépression n'est pas connu. Les antidépresseurs semblent augmenter la disponibilité des neurotransmetteurs sérotonine et noradrénaline dans la fente synaptique dans certaines parties du cerveau. En même temps, des études précliniques récentes ont montré que les antidépresseurs réduisent constamment l'activité des neurones dans le locus coeruleus du tronc cérébral, où se trouvent les neurones noradrénergiques. Les antidépresseurs augmentent également la disponibilité de BDNF dans le système limbique, une neurotrophine impliquée dans la neurogenèse et la neuroplasticité.

Effets secondaires courants des antidépresseurs

Comme tous les médicaments, les antidépresseurs ont des effets secondaires. Chaque individu réagit différemment et tous les médicaments n'ont pas les mêmes effets secondaires et au même niveau. Souvent les patients ressentent des effets secondaires pendant la première semaine du traitement aux antidépresseurs : de l'agitation ou de la somnolence, une sécheresse de la bouche, des nausées ou 'se sentir bizarre'. Beaucoup d'effets secondaires peuvent être gérés par des ajustements au niveau de l'alimentation et de l'activité physique.

L'effet antidépresseur désiré a normalement lieu après deux à six semaines de traitement, mais les effets secondaires apparaissent souvent dès le début du traitement. Ceci peut être frustrant et peut diminuer l'adhérence. En tant que pharmacien, vous pouvez avertir le patient que ceci peut arriver et que ces symptômes vont diminuer. Il est important de lui indiquer de ne pas interrompre la prise des médicaments et de parler de ses inquiétudes avec son médecin traitant.

Prévention Dépression Luxembourg